Abel JAMAIN

Nom et prénom : JAMAIN Abel

 

Date de naissance : 28 Août 1949 à Le Beugnon

Situation de famille : Marié, 3 enfants (et 4 petits-enfants…)

Domicile : Argentonnay

Profession : Retraité (Enseignant en Collège)

Club ou association : SBAC (Sèvre Bocage Athlétic Club)

Abel jamain

Salut Abel, depuis combien de temps entraînes-tu les athlètes au SBAC ?

Il me semble que j’ai commencé à entraîner au SBAC en 1989 ou 1990 (après une tentative manquée en 1984 à la création du club : problèmes de santé). On s’approche tout doucement des 30 ans…

 

Pratiquais-tu l’athlé auparavant et si oui dans quelle discipline, à quel niveau et il y a combien de temps ?

J’ai commencé l’athlé en cadet 2, jusqu’en junior 2. J’ai repris en 1971 au Stade Niortais car je travaillais alors dans le « chef-lieu » du département. J’ai poursuivi jusqu’en 1977.

L’hiver, je faisais du cross et de la piste, le 400 et le 800 (en particulier aux interclubs où je faisais le 400, le 800 ou le 1500, selon les besoins du moment et le 4 X 400, bien évidemment : le clou du spectacle, déjà à l’époque !)

Mes records : 11’6 au 100m, 52’’4 au 400m, 1’59’’3 au 800m et 4’09’’5 au 1500m.

Je pratiquais conjointement le football à un petit niveau départemental. Plus tard, j’ai un peu pratiqué au SBAC, en vétéran, surtout en cross.

 

Te souviens-tu du nombre exact d'athlètes que tu as entraîné ?

C’est très difficile de répondre à cette question…

J’ai commencé à entraîner les « écoles d’athlé » au Stade Niortais en 1972 ou 1973, jusqu’en 1975, quand j’ai été « muté » à Argenton-Château.

J’ai donc repris au SBAC. Entre temps, je me suis « égaré » dans les « écoles de foot », toujours par passion d’éducateur…

 

Lequel de tes athlètes est allé le plus loin dans la compétition ?

C’est Hugo HAY qui est allé aux championnats du monde de cross, l’an passé en Chine (47ème, 7ème Européen et 1er Français). Il a ensuite participé au Championnat d’Europe sur piste en Suède où il a pris la 6éme place sur 5000m.

L’an passé également, Pierre PROUST a participé au Festival Olympique de la Jeunesse Européenne (médaille de bronze sur 1500m). Il a continué à « tracer sa route », pour devenir, cet hiver, vice-champion de France en salle sur 800m en 1’53’’98 (les connaisseurs apprécieront !) et Champion de France de Cross au Mans il y a quelques jours…

En 1996, David ROCHEREAU avait été « Champion de France » des 45mn cadet sur piste (épreuve aujourd’hui disparue), à la suite de quoi il avait été sélectionné pour un match international sur 5000m, puis deux ans plus tard, sur 15km hors stade, en junior.

 

Lequel de tes athlètes as-tu entraîné le plus longtemps ?

C’est incontestablement David que j’ai eu en benjamin (vers 1991) ; après une « séparation à l’amiable », entre 2004 et 2013, le couple s’est reformé et fonctionne mieux que jamais. David est revenu en me disant « On ne change pas une équipe qui gagne ! »

 

Es-tu le seul entraîneur du SBAC officiellement ? Et si non, qui sont les autres ?

C’est Laurent BODIN, titulaire d’un BE1 et salarié du club qui est « l’entraîneur général ». Cathy BROSSEAU est également salariée à temps partiel et s’occupe principalement des « écoles d’athlé ».

Mathéo MARTIN fait son « service civique au sein du club et Nafissa RIVARD, bénévole, encadre les « jeunes ».

Gwénael THOMAZEAU et Gaël BOUTIN encadrent aussi les jeunes qui sont assez nombreux cette année.

Quant à moi, je gère actuellement le demi-fond dans son ensemble. Je « dépanne » parfois dans les épreuves techniques.

 

Entraînes-tu plutôt des crossmen, des pistards ou encore des routards ?

J’encadre plutôt les crossmen et les demi-fondeurs. Pour les « hors stade », nous avons 4 groupes encadrés par : Robert DRU, Xavier LAURENDEAU, Jean-Michel HAY, Jean LOISEAU et Pascal GERMAIN.

La marche nordique est assurée par Marie BOISSEUILH et Henri BICHOT

 

Quelle est la suite en termes de compétition de grande ampleur pour tes athlètes ?

Pierre PROUST vise la qualification aux Europe sur piste, cet été, à Tbilissi en Géorgie, du 14 au 17 juillet. Minima sur 1500m : 3’53’’ (record actuel : 3’56’’63).

Hugo HAY tentera de se qualifier pour les Championnats du Monde qui auront lieu à Brydgoszcz en Pologne du 19 au 24 juillet. Minima sur 5000 : 14’10’’ (record actuel 14’19’’91).

 

Comment expliques-tu cette concentration d’athlètes de très bon niveau, au sein d'un même club ?

C’est difficile à dire : d’abord, il y a du talent, des capacités exceptionnelles, mais ce n’est pas ça qui donne le haut niveau ; il faut travailler de façon pertinente et équilibrée (ça se trouve dans les livres !) ne pas négliger l’entraînement invisible (alimentation, sommeil, récupération,…). Mais surtout, il faut « un mental » à toute épreuve.

A mon sens, ce qui différencie des athlètes comme Hugo et Pierre d’un athlète « lambda », c’est cette capacité à aller au bout de soi-même dans la compétition (ils mettent souvent plus d’une heure à retrouver un équilibre cardio-vasculaire normal). Les spécialistes expliquent par « la théorie du gouverneur central » : cette capacité à éduquer son cerveau pour qu’il admette que vous pouvez aller plus loin sans vous mettre « en danger ».

Après, je pense qu’il y a, dans notre club, une saine émulation, une ambiance conviviale, certes, mais aussi favorable au dépassement de soi. Et puis, chacun sait que « l’élite » tire la masse vers le haut.

 

Le titre de champion de France de Pierre il y a quinze jours, est-il le 1er au SBAC et si non, qui avant lui et quand ?

Si mes renseignements sont bons, il y aurait eu Christelle FUSEAU dans la catégorie junior en 1989 à Coudekerque. (27 ans !)

 

Ce titre de champion de France va très certainement motiver les autres coureurs à s‘entraîner encore plus et peut-être faire rentrer de nouveaux licenciés, ne crois-tu pas ?

Bien sûr que oui : c’est l’image du club et de notre sport qui est valorisée et, si cela donne l’envie aux athlètes confirmés de s’améliorer, ça incite aussi des jeunes à venir nous rejoindre et à chercher à ressembler à « leur modèle ».

 

15 jours après son titre, comment se sent Pierre et qu’est-ce qu’il en pense (du titre et de sa course) ?

Il est déjà bien reposé mais il a quand même droit à sa « semaine de RTT !!!».

Pour le titre, même s’il n’a jamais « douté » (une autre de ses grandes qualités), l’émotion était palpable chez lui et chez son entourage proche. Pierre, c’est la « force tranquille », même si ça bout parfois à l’intérieur, et il est déjà tourné vers l’avenir.

 

Combien de temps encore comptes-tu entraîner et transmettre tes connaissances ?

Merci de me rappeler que je ne suis plus tout jeune ! Et puis « la sagesse » est une qualité qui s’acquiert avec l’âge…

Je ne me donne pas de limite mais quand je sentirai que ça ne colle plus, que je ne suis plus utile à grand-chose ou que ça me pèse, je passerai le témoin. J’ajouterai bien que les « relayeurs bénévoles » ne sont pas légion !...

 

Lequel de tes athlètes pensais-tu, avait les moyens d’aller très loin et que pour différentes raisons, ça ne s’est pas fait ?

Je pense qu’il n’y en a pas eu pour l’instant, même si David ROCHEREAU et Steve MILLASSEAU, en devenant « professionnels », auraient probablement pu rejoindre l’élite nationale, en cross-country notamment.

Par contre Hugo et Pierre ont un réel potentiel… Cependant, il est rare et aléatoire de ne vivre que de l’athlétisme.

 

Comment arrives-tu à remotiver les athlètes après un échec ?

Les échecs, ça fait partie de la vie d’un athlète.

C’est à chacun de se servir de chaque événement pour puiser des forces pour l’avenir. Pierre et Hugo savent parfaitement le faire.

Pour ma part, ils savent que je suis là pour eux, dans les bons comme dans les mauvais moments. Mais, même si je peux leur donner la main pour traverser un passage difficile, c’est à eux de prendre la décision, de faire le choix de repartir du bon pied.

 

Une certaine complicité flagrante existe entre les coureurs du SBAC et ce même avec une grande différence d’âge. Comment fais-tu pour « rassembler » tous ces coureurs ?

Ça se fait tout seul. Pour moi, il suffit d’être là, d’encourager chacun par un petit mot, de leur faire sentir qu’ils existent, que, humainement, ils comptent tous de la même façon.

 

Peux-tu nous donner quelques noms d’athlètes très connus ayant fait un passage au SBAC ?

Je crains d’en oublier car ils sont pléthore ; je commencerais par notre président Pascal BROSSEAU qui fut international, comme son frère Laurent. Il y a eu Christine LOISEAU, Christelle FUSEAU, précédemment nommée, Malika COUTANT, Olivier GALY, mais j’en oublie, c’est sûr…

Je terminerai par les deux plus emblématiques, me semble-t-il : Laurence BILLY en sprint et Jean-Olivier BROSSEAU à la marche.

 

Le site de Running 79, est un site dédié principalement à la course à pied locale. Peux-tu me dire qui tu verrais (hommes et femmes) sur les podiums de nos courses du dimanche dans quelques années par rapport à leur niveau ?

Je jouerais bien mon joker sur cette question car ça me paraît difficile d’y répondre…

Il faut regarder vers les jeunes, bien sûr, mais ceux qui vont vraiment percer ne se feront que rarement le plaisir de participer à nos courses locales, qui créent pourtant de belles animations dans nos villes et nos campagnes

Je crois que je vais me « dégonfler » et souhaiter bonne chance à tous les prétendants.

 

Conclusion : Merci à tous ces jeunes qui me procurent tant de joies et d’émotions en pratiquant avec bonheur ce sport qui constitue une si belle « école de la vie ».


 

Propos recueillis par OP Rat370 pour la CDCHS 79 / n°64 – Mars 2016

Date de dernière mise à jour : 07/01/2017

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau