Frédérique BARBAREAU

Nom et prénom : BARBAREAU Frédérique

 

Date de naissance : 08 Novembre 1967 à Fontenay Le Comte (85)

Situation de famille : Mariée, 2 enfants

Domicile : Mougon

Profession : Enseignante

Club ou association : Section Footing Mougon

Frederique barbareau

Salut Fred. Aujourd’hui j’interviewe la grande Championne du Challenge Trail, édition 2016 ! Et oui, Samedi dernier à Airvault se déroulait la dernière course comptant pour ce challenge et tu t’es classée une fois encore en tête. 5 courses remportées sur les 7 au programme du challenge, c’est plutôt pas mal !!! Explique-nous cette forme Olympique que tu as actuellement ?

Oui c’est vrai, la saison a été plutôt belle pour moi. C’était ma dernière saison en tant que V1, donc je suis plutôt contente même si je n’ai pas beaucoup de mérite : il y a eu le départ d’Estelle Patou, une grande coureuse que je salue et puis j’ai profité d’une baisse de forme de Corinne Bruzzo et d’Anne Gautier en début de saison. De fait, je me suis retrouvée en haut du classement.

Pas calculé ! Je n’aime pas trop les podiums, je me sens toujours gênée d’être à côté de filles qui ont plus d’expérience et sont plus « professionnelles » que moi. Je suis un peu une « amatrice » (pas de coach, pas licenciée) ; je ne vise pas la performance même si j’aime me dépasser en course ; j’ai toujours besoin de sentir mes limites mais sans me faire mal non plus.

En ce moment, je me sens bien sur les trails longs au cours desquels je parviens à garder du jus pour la fin. Est-ce le fait d’avoir fait évoluer mon alimentation ? Craignant les blessures, je me suis pas mal documentée dans l’hiver et j’ai opté pour encore plus de fruits et légumes. Et donc c’est vrai que je me sens en forme pour l’instant.

 

Tes loisirs sont, la course à pied (bien évidemment…), la rando, la lecture, le yoga, le crochet et la couture. Ce qui me fait « tilter » dans tes loisirs, c’est la pratique du Yoga, car dans mon entourage proche, parmi les minettes qui avancent plutôt pas mal, beaucoup d’entre elles pratiquent le Yoga ! Que vous apporte précisément cette discipline ?

Oui je pratique le yoga depuis très longtemps et je trouve que c’est une activité très complémentaire à la course à pied. Mon prof a plus de 95 ans et ses cours sont dingues ! C’est très tonique et quand on ressort on est tout neuf !

On y travaille la respiration et le souffle : essentiel pour courir.

On pratique beaucoup de postures d’étirements et après une course c’est génial !

Enfin, on apprend à s’écouter et à se recentrer sur soi : et en course ça aide dans les moments plus compliqués.

Bref, une aide précieuse dont j’aurais du mal à me passer.

 

7 podiums pour toi cette saison, dont un qui, à mes yeux, est extraordinaire, c’est celui qui tu as réalisé dernièrement aux 50 km du Bol d’Air de Mervent (85). Tu as réussi à te classer 12ème au classement général en moins de 5h, c’est énorme quand on connaît le profil du parcours ! Tu arrives avec plus de 30 mn d’avance sur la 2ème féminine. Au moins c’est sûr que ce jour là, tu ne t’es pas battue pour la place par catégorie… Dans 3 semaines, tu seras dans l’Aveyron, où tu t’aligneras sur les 76km des Templiers (D+ 3550m). Certes, j’imagine avant tout que tu comptes terminer ta course, mais est-ce que tu t’es donnée un petit objectif chronométrique ?

Aucun objectif de temps précis pour le moment. Je n’y ai pas encore assez réfléchi. Je me base beaucoup sur l’expérience des autres. J’écoute, j’interroge mais après … je n’ai pas encore fait la course dans ma tête !

Ce qui me plaît avant tout, c’est de partir avec les copains pour partager un moment que j’espère intense en émotion ; car même si chacun fait sa course, je pense que le cadre va être idyllique, les paysages superbes et ça j’adore. Et puis 76 km, c’est encore pour moi repousser un peu les limites (je n’ai jamais fait cette distance) et donc apprendre sur moi-même.

Ce que je souhaite c’est terminer sans trop me faire mal ! Le reste …

 

Aujourd’hui tu cours sans coach, sans entraîneur, sans club FFA. C’est un choix perso j’imagine ?

Oui je ne veux pas de pression et comme je te l’ai dit je ne cherche pas la performance. Si elle est là c’est chouette si non ce n’est pas grave ! Et puis étant donné mon âge, il ne faut pas trop que je me fasse d’illusions sur de futures performances.

Si j’ai commencé à courir c’est parce que j’avais besoin de déstresser, de prendre le large et de me détendre dans la nature. Je veux continuer à courir pour le plaisir et quand j’en ai envie.

Je n’arrive pas à suivre un plan d’entraînement strict et puis j’écoute mon corps, enseignement du yoga. Et parfois, il dit non !

J’ai envie de courir pendant très longtemps encore et je rêve de faire de beaux trails (surtout en montagne). Je veux donc me préserver. J’ai très peur des blessures qui m’obligeraient à stopper cette activité.

Il y a déjà 10 ans, pour un mal au genou, mon médecin m’avait dit : « Arrête la course et la rando » Je n’ai pas pu l’écouter mais je reste prudente !

 

Propos recueillis par : OP Rat370 / n°78 – Septembre 2016

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau