Laurine RAIMOND

Nom et prénom : RAIMOND Laurine

 

Date de naissance : 23 Janvier 1993

Situation de famille : Célibataire

Domicile : Saint-Martin-lès-Melle

Profession : Étudiante

Club ou association : UAC Brioux

Laurineraimond

Salut Laurine. (Alors là, je suis tombé sur grande bavarde !…) Parle-nous de tes débuts dans tes baskets !

2014, non sans difficultés ! Mes débuts à la course à pied valent le coup d'être racontés...

Ancienne gymnaste, cela faisait plusieurs mois que je ne faisais plus beaucoup de sport. Et un jour, bien installée dans le canapé familial, j'entends maman qui me crie « Au lieu de rester avachie, viens donc à l'entraînement avec moi ! ». Me voilà donc partie à Brioux, prête à faire un petit footing en me disant que ma condition d'ancienne gymnaste suffirait à suivre la cadence... Mais il s'avérait que ce jour là, c'était entraînement côtes ! Après avoir monté 10 fois la (gigantesque !!) côte de Brioux, perdu 3 litres de sueur et craché mes poumons, j'ai dit à maman « Plus jamais !!! ». Résultat... je ne suis jamais partie, je suis maintenant licenciée et cela fait plus de 2 ans que je prends toujours autant de plaisir à venir m'entraîner (et que je me suis vengée de cette satanée côte !)

 

Pourquoi la course à pied ? 

La course chez nous, c'est une histoire de famille. Maman court depuis plusieurs années, et a depuis converti son mari et sa fille. Alors en vacances, pas de grasse matinée ! A la mer, à la montagne, les baskets sont la première chose que nous mettons dans notre valise et elles sont largement utilisées ! Et c'est d'ailleurs à 3 que nous partons sur la plupart des courses du département. Et même à 23 ans, franchir la ligne de départ aux cotés de papa et maman, ce sont des moments qui resteront gravés ! (Le calendrier de courses Running 79 est d'ailleurs affiché dans mon appartement parisien et conditionne souvent mes retours dans les Deux-Sèvres !)

Maman m'a demandé si je reprenais une licence à Brioux l'année prochaine, je lui ai dit de ne pas me poser des questions quand elle connaissait déjà la réponse !

 

Avec tes études sur Paris, es-tu arrivée à t’entraîner convenablement ?

Je reste très attachée à mes racines Deux-Sévriennes, même si je suis en stage sur Paris... Mes entraînements alternent entre goudron parisien et chemin de terre Briouxais, entre fanfare de klaxons et bruits de tracteurs, entre odeurs de pots d'échappement et embruns des élevages alentours… Mais le mélange des deux me convient parfaitement !

 

7 courses depuis le début de l’année et déjà 5 podiums ! A cette allure là, ton record de 47 mn sur 10km va sûrement être battu rapidement !

Mon record date de presque un an. C’était lors de la course de La Rosière, à La Mothe Saint-Héray. Depuis, j’ai certainement un peu progressé, au moins sur ma gestion de course… A vérifier lors d’un prochain 10 km dans les Deux-Sèvres…

 

Objectif à court terme ?

Porter haut et fort le maillot de Brioux lors d'une course parisienne et courir une course mère-fille avec celle sans qui je n'aurais sûrement jamais découvert la beauté de ce sport (et qui risque de m'attendre à l'arrivée !)

Et plus sérieusement : Mes allers retours entre la vie parisienne et la campagne Deux-Sévrienne m'empêchent d'avoir des entraînements réguliers et planifiés. Mon objectif à plus ou moins long terme serait de m'entraîner plus sérieusement et surtout plus régulièrement.

J'aimerais aussi acquérir plus de régularité et mieux gérer l'ensemble du parcours sur mes courses : Dominique, président de l'UACB, me dit au début de chaque course « Tu pars trop vite ! » et à la fin je lui réponds toujours la même chose : « Tu avais raison ! »

 

Une anecdote ?

Ma première course, j'appelle mon ami Luc GIRARD (et coureur de l'UACB à ses heures perdues…). « Luc, tu peux m'emmener à La Mothe St Héray demain ? », Luc avait entendu « Luc, tu peux être mon coach personnel demain » ? Et celui-ci avait pris sa mission très à cœur ! Une heure trente d'avance sur le début de la course (on ne sait jamais, un pneu crevé ou une vache sur la route, c'est si vite arrivé...), celui-ci m'avait préparé une stratégie de course que pourraient m'envier les plus grands marathoniens ! Arrivé sur place, il est allé m'inscrire, m'a accroché mon dossard, a soigneusement placé la puce sur ma chaussure, m'a échauffé et est même allé jusqu'à plier mes affaires dans mon sac de sport ! J'y ai pris goût et depuis, « Coach Luc » a été désigné comme mon préparateur officiel (N'en déplaise à Fabienne !).

 

Propos recueillis par : OP Rat370 / n°73 - Juillet 2016

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau