Lavillénie échoue

Renaud Lavillenie n'a pas brisé le sort.

 LavillenieUn Renaud Lavillenie devenu mi homme mi légende, un bilan de l'équipe de France soudainement devenu mi-figue, mi-raisin. Et pour cause, LA médaille d'or a une nouvelle fois échappé au perchiste.

Marion Lotout était la première française à fouler la piste de Pékin en ce lundi 24 Août. Malheureusement, elle échoue au test sans merci des qualifications. A la longueur, l’un des doyens de l’équipe de France, Kafétien Gommis, se qualifie au bout du troisième essai pour la finale du saut en longueur en se hissant à la seconde place de son groupe de qualification avec une marque à 8m09. Sur le 400 m, Floria Guei (50.89) et Marie Gayot (51.24) terminent toutes deux en seconde position dans leurs courses respectives. Elles battent également leur record personnel à l’occasion de ce premier tour. Enfin, Mélina Robert Michon parvient, elle aussi, à se qualifier pour la finale. La qualification ne s’est pas faite en douceur pour la lanceuse, mais l’essentiel est sauvé.
 

Une après midi sous haute tension et riche en rebondissement.

ChaboudezDu côté du  400m haies, il n’y a pas eu de surprise. Aurélie Chaboudez ne passe pas en finale, et l’aventure s’arrête ici pour la jeune espoir du 400m haies. Jeanine Assani Issouf elle, a manqué la finale de 13 petits cm alors que la jeune athlète prenait une planche à 12 cm de la résine sur son dernier saut ! Elle échoue ainsi à la neuvième place.

L’échec de Renaud Lavillenie … Un scénario qui semblait peu probable

Podium perche 1En perche, Renaud Lavillenie avait d’entrée décidé de marquer les esprits en demandant sa première barre à 5,80. Une barre qu’il réussit à franchir sans aucune difficulté. Mais, contre toute attente, le concours a atteint un rare paroxysme au moment où le perchiste a loupé son premier essai à 5m90. A ce stade, deux Français étaient encore en lice, deux Polonais, un Canadien et l’Allemand Raphael Holzdeppe, l’homme qui avait arraché le titre de Champion du Monde à Renaud Lavillenie il y a deux ans. Mais, aujourd’hui, le danger vient du Canadien Shawnacy Barber qui a réussi à passer 5m90 au premier essai alors que Renaud Lavillenie lui, a déjà deux échecs à son actif sur cette barre décisive. Le troisième saut arrive enfin mais rien n’y fait, le suspens ne dure pas bien longtemps. Le recordman du Monde n’est pas à la hauteur aujourd’hui, et l’épopée s’est transformée en une véritable désillusion. De son côté, le deuxième français Kévin Ménaldo, tente lui aussi sa troisième barre à 5m90 qui serait synonyme de médaille. Hélas, il échoue également d’un cheveu ! Il ne reste plus que deux hommes forts à se disputer le titre. Raphael Holzdeppe (ALL) et Shawnacy Barber (CAN). Et c’est finalement le jeune Canadien, 21 ans seulement, qui remporte son premier titre de Champion du Monde. Renaud Lavillenie, lui, échoue à la troisième place qu'il partage avec les Polonais Piotr Lisek et Pawel Wojciechowski. 

Kemboy Kemboy Kemboy Kemboy

Mahiedine Mekhissi aurait certainement adoré participer à ces championnats du Monde. Car oui, la course a été le théâtre d’un fabuleux spectacle et d’un emballement final de folie. Au terme d’une course très stratégique Ezekiel Kemboi remporte son quatrième titre de Champion du Monde en 8:11.28. Emmenant dans son sillage trois autres Kényans.

Le 10 000m femme de Pékin: Un 200 m dans un 10 000.

Que dire de ce final. Si ce n’est qu’il s’est déroulé dans une allure supersonique. La course s’est lancée sur des allures de Championnat, (16mn12 au 5000m) de modestes bases pour mieux appréhender un finish inévitable. Un duel était annoncé sur cette épreuve: Le Kenya contre l’Éthiopie et au sein même de cette guerre, une bataille toute aussi haletante voyait le jour.
Foulée après foulée, rivière après rivière, les deux protagonistes de cette bataille, Vivian Jepkemoi Cheruiyot (KEY) et l’éthiopienne Gelete Burka s’embarquent dans un ultime 400 m de grande vitesse avant de jeter leurs dernières forces dans le dernier 200m pour finir -encore- plus vite. L’entame de la dernière ligne droite est alors à couper le souffle tant le coude à coude ne laisse de place à aucun pronostic viable quant à l’issue de ce 10 000m. Mais malheureusement à 50 m de la ligne d’arrivé l’Éthiopienne cède sous la fatigue et la Kényane Vivian Jepkemoi Cheruiyot s’impose en 31:41.31. 

Source : OP Rat370 pour la CDCHS 79 / Spécial Championnats du Monde d’Athlétisme – Août 2015

Date de dernière mise à jour : 25/08/2015

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau