Marathon de La Rochelle 2018

Le Marathon de La Rochelle vu par le 1er Deux-Sévrien, Stephan DUFFAU de Saint Maixent l’Ecole

OP-Rat370 reprend sa plume pour interviewer le sympathique militaire de Saint Maixent, Stephan DUFFAU.

Dufau


Arrivé à la 15ème place du classement général Dimanche dernier lors de la 28ème édition du Marathon de La Rochelle en 2h36’46s, ceci le positionne à la 6ème place par catégorie « Master 1 ». Et oui 6ème Master quand même… ils sont vraiment en forme nos vétérans actuellement !

Certes Stephan est loin de son chrono de référence de 2h29’26s obtenu en 2010 sur ce même parcours, mais cela reste un très beau chrono tout de même. D’ailleurs 2010 a été pour lui l’année de tous ses records car outre son record sur Marathon, il a aussi gravé un sublime « 1h09’30s » sur Semi-marathon dans la capital Deux-Sévrienne. Son record sur 10km, c’est du coté de la Vendée qu’il est allé le chercher, et plus précisément chez les Sablais. Là-bas, il est revenu tout simplement avec un 32’15s !

Alors oui, en étudiant de très près ses records et plus particulièrement celui du Semi, Stephan aurait pu espérer un record perso sur Marathon aux environs de 2h25/2h27, mais il reconnaît que ce n’est pas à La Rochelle qu’il aurait pu faire cela, car il y a beaucoup trop de relances sur le parcours, et même si la partie des « Minimes » a été supprimée, le parcours Rochelais n’est pas Berlin !
Le Marathon de La Rochelle est aujourd’hui une formalité pour lui. Il y a ses repères et ses habitudes, car cela ne fait jamais qu’une bonne douzaine de fois qu’il y déploie ses gambettes…
A la question ; combien as-tu couru de Marathons ? Stephan est plutôt évasif, car ce n’est vraiment pas le nombre de Marathons courus qui l’a marqué, mais plutôt les souvenirs de ses superbes courses, toutes différentes des unes aux autres et ce même avec des entraînements identiques.
Disons qu’il y a eu… La Rochelle une douzaine de fois, Paris 3 fois, le Médoc aussi... au moins 2 fois. A cela notre coureur non-rassasié, est allé jouer avec les Triathlètes et a bouclé 13 Ironmans !!! (3,8 km de natation, 180,2 km de vélo et 42,195 de course à pied). Bref, la barre des 30 Marathons est bien présente sans problème…

Bon c’est vrai que notre bonhomme n’est pas un petit sportif. Il a commencé très tôt l’athlé comme beaucoup de bons athlètes, avec les sauts et les lancers en catégorie Minimes. Ce n’est qu’une fois arrivé sous les drapeaux, dans les années « 90 », qu’il a allongé les distances car c’est vrai que faire des sauts et des lancers à l’armée, ça n’aide pas beaucoup quand on souhaite devenir un bon militaire endurant…
Devenu ensuite Moniteur de sport dans l’armée de Terre, il reconnaît volontiers que ça l‘a bien évidemment aidé dans son maintien en forme au quotidien. Faire un Marathon à n’importe quelle date dans l’année ne l’inquiète pas plus que ça car il affiche des semaines à 70/80 km de course à pied, à cela il faut rajouter du vélo et surtout du renfort musculaire « dynamique ». C'est-à-dire, du renfort musculaire poussé au maximum.

Son grand regret aujourd’hui, c’est de ne pas avoir fait de renfort musculaire dynamique bien plus tôt car cela l’aurait aidé dans ses différentes préparations marathon. « Parfois on pense à tort que « manger » un maximum de kilomètres à l’entrainement nous aidera plus facilement à boucler les 42 km, mais avec le temps je peux vous assurer que ce n’est pas forcément juste, voire le contraire, car en faire moins nous préserve des éventuels blessures et traumatismes et nous permet de récupérer plus vite d’une séance à une autre ».
En terme de séances d’entraînement, Stephan privilégie les sorties nature avec du « Fartlek » (travail de vitesse saccadé), pas de piste, trop traumatisant à son goût. Il faut dire que des séances de piste, il en a mangé un paquet dans sa carrière car auparavant Stéphan était plutôt axé sur les cross et cette discipline lui a permis d’occuper des places d’honneur au niveau national.

C’est régulièrement seul qu’il effectue ses séances de vitesse. Ce n’est pas qu’il n’a pas d’amis notre Saint Maixentais… (Hihihi !), mais étant donné qu’il est très rigoureux dans ses entrainements, il sait très bien que s’il court avec un copain, ce ne sera pas pareil, car ce sera forcément plus cool avec du bavardage obligatoire pendant les accélérations… Alors les footings de récup entre potes, c’est OUI mais les séances au « carton » cela ne le dérange absolument pas des les faire seul.

Pour le Marathon, seulement 4 semaines lui ont suffi pour parfaire son entrainement et arriver au « top » à La Rochelle le 25 Novembre. Pas de soucis pour les kilomètres, il les avait dans les jambes car si un pépin de santé n'était pas venu bouleverser ses objectifs, c’est aux 100 bornes de Millau qu’il se serait d’abord aligné pour finir ensuite son année à La Rochelle.
Ce chrono de 2h35 à La Rochelle, il le sentait « jouable » cette année. C’était sans compter le vent fort avec des rafales à faire reculer les coureurs, la pluie et le froid… Parmi ses 30 Marathons au compteur, Stephan a trouvé celui de cette année très dur, voir le plus dur des 12 Marathons qu’il a couru à La Rochelle.
Au coup de pistolet, Stéphan a très vite compris qu’il fallait accepter de mettre ses objectifs chronométriques de coté cette année pour garder du plaisir et ne pas lutter « bêtement » contre la météo qui a réussi à en pousser plus d’un à l’abandon.
Hyper régulier dès les 1er dix kilomètres qu’il a bouclé en 37’21s, son passage au Semi en 1h18’26s, il savait très bien que ce serait à ce moment-là qu’il allait commencer à « ramasser » les coureurs de tête partis en surrégime ou sur des bases bien trop élevées au vu des conditions météo exécrables.
L’expérience et la sagesse de notre vétéran allaient parler car en effet, au-delà des 21 km, il n’a fait que remonter jusqu’à la ligne d’arrivée en pensant très fortement à sa fille Audrey qui a disparu en Mars dernier.
S’il a bien récupéré, Stephan sera présent aux Bosses de Saint Paul, à Saint Paul en Gâtine, le 09 Décembre prochain.


Sources : OP-Rat 370/ Reportage 28ème Marathon de La Rochelle- Stephan DUFFAU

Date de dernière mise à jour : 27/11/2018