Le Saviez-Vous n°6 : Dans quel sens tourne t'on sur la piste ?

Pourquoi les athlètes courent-ils dans le sens inverse des aiguilles d’une montre sur la piste ?

Image

Les coureurs ont de quoi perdre la tête, alors que leur cadran indique une rotation horaire, on leur impose de courir dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. C’est le monde à l’envers, me direz-vous ! Pourtant, il existe une explication rationnelle à cette étrangeté.

Si aujourd’hui les athlètes courent dans le sens trigonométrique, sens inverse des aiguilles d’une montre, cette obligation n’a pas toujours été une évidence. Il suffit de remonter aux premiers Jeux Olympiques afin de s’en rendre compte. Lors des 5 premières olympiades (de 1896 à 1912), les athlètes devaient courir dans le sens des aiguilles d’une montre. Faisant part de mauvaises sensations dans le virage, les athlètes ont rapidement obtenu que le sens de rotation soit modifié pour devenir celui qu’on connait à ce jour, codifié par la règle 163.1 de l’IAAF (Fédération Internationale d’Athlétisme) en ces termes : « Les épreuves se courent avec la corde à gauche ». 

Si beaucoup s’interrogent, le scientifique Japonais Hideaki Fukami a tenté de comprendre pourquoi les athlètes couraient dans ce sens et pas dans l’autre. La conclusion de sa thèse indique que cette préférence serait de l’ordre de l’innée. Pour résumer, notre corps est fait pour courir incliné vers la gauche ! Plus précisément, la perception de l’espace est contrôlée par l’hémisphère droit de notre cerveau. Or, l’hémisphère droit contrôlant la moitié gauche du corps, la perception de notre corps serait meilleure en tournant vers la gauche. 

Fukami est allé plus loin que cette simple hypothèse. Il a réalisé une expérience sur un échantillon de quatre athlètes universitaires. Les résultats de son expérimentation ont démontré que les coureurs bouclaient les 400 mètres du tour de piste en moyenne deux secondes plus lentement dans le sens des aiguilles d’une montre. Cependant, le scientifique reste très prudent sur ses résultats ; les athlètes testés étant habitués à courir dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, il est difficile de réaliser une expérience entièrement représentative. 

Les chiffres de la préfecture de Police de Hyogo (Japon) vont dans le sens du scientifique. 80 % des criminels s’enfuiraient vers la gauche ! D’autres exemples montrent cette préférence pour la rotation dans le sens trigonométrique. Dans le milieu carcéral, s’il est commun de dire que c’est pour aller contre le temps, les prisonniers font leur promenade dans le sens inverse des aiguilles d’une montre.

  

(Source OP Rat370 pour Running 79 & CDCHS 79 / n°6 Décembre 2013)

Date de dernière mise à jour : 28/02/2015

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau