Anne FOUCAUD

Nom et prénom : FOUCAUD Anne

 

Date de naissance10 Juillet 1972 à Niort

Situation de famille : Divorcée

Domicile : Aiffres

Profession : Informaticienne à G2S (Groupama Supports & Services)

Club ou association : Vélo Club St Symphorien et club de Plongée « Mille Bulles »

Anne foucaud

Salut copine ! Tout d’abord, toutes mes félicitations pour ta récente 1ère place au Chemins du Roy il y a tout juste 15 jours. Raconte-nous un peu comment tu as vécu cette course ?

J’ai une particularité : je ne me fixe jamais d’objectifs de chrono sur une course … mon « leitmotiv » : me faire plaisir avant tout !

Je suis bien entraînée et, depuis ma participation à un trail long moyenne distance du côté de Lyon en mai (avec 1900 m +), j’avoue que les côtes du département passent assez inaperçues ! Je suis donc partie confiante et bien décidée à me fier aux sensations. Dès le début, je sens que les jambes sont là. Avec mon amie Estelle (Ndlr, Estelle PATOU du Running Club St Maixent), on s’était fixé une stratégie de course, à savoir que si je la doublais, je l’attendais pour qu’on passe la ligne ensemble main dans la main… Mais la course en a décidé autrement puisque je double Estelle, qui n’était pas dans sa meilleure forme, vers le 3è kilomètre… Je vais donc faire les 23 autres km à ma main, sans m’occuper d’elle. Quand j’apprends qu’il y a une autre féminine devant, je me dis qu’il me revient donc aujourd’hui de sauver l’honneur de notre « team » et de passer en tête… Ce que je fais au 8è km environ, je suis enfin échauffée musculairement. Bien sûr, après il faut gérer les kilomètres. Mais je me sens bien, aucun coup de mou, après le 20è je lâche donc les chevaux et tout schuss jusqu’à la ligne d’arrivée. J’ai été surprise de ma place au scratch et de mon chrono. Bref, une belle course, sur un parcours boisé et bien sec, ce qui je l’avoue m’a franchement avantagé.

 

7 participations en course sur route cette saison dont 3 podiums depuis le début de l’année ! C’est clair qu’aujourd’hui les autres filles vont devoir se méfier de ta présence… Tu as un record perso sur Semi-marathon d’1h34, c’est du très bon niveau régional chez les féminines ! En plus, je crois que la route ce n’est pas vraiment ton type de parcours préféré, n’es-ce pas ?

Les autres féminines n’ont rien à craindre de moi l’hiver, en dessous de 10° je ne vaux rien du tout !!! (Rire)... Mais, dès que le printemps approche, évidemment, je monte en performance… Je dois avouer que depuis deux ans, j’ai repris les compétitions trail essentiellement (car je ne veux plus « manger » de bitume et les courses nature sont quand même bien plus belles). Donc un entraînement plus intensif, forcément ça finit par payer !

 

Comment arrives-tu à t’organiser pour trouver un peu de temps pour la course à pied après tes autres nombreux loisirs comme : le vélo, la natation, le jardinage, la lecture, la cuisine, les voyages, etc.…?!

Tout d’abord, je suis une hyper active, une lève tôt donc ça aide et j’ai des journées de 15h intensives pour tout caser (rires) !

Le sport est pour moi une bulle d’oxygène, le moment où on se vide la tête, où aussi on « apprivoise » son corps pour le soumettre parfois à de dures épreuves. Pour la course à pied, avec environ 100 à 110 km par semaine, c’est clair qu’il ne faut pas mollir… Alors il faut avoir de l’imagination : je vais régulièrement au boulot en courant et je reviens en courant, ce qui me fait deux séances par journée et donc des kilomètres ! J’avoue ne pas trop m’astreindre à des séances de fractionné, ce qui est dommage car bien utile pour progresser. Je privilégie le volume, je suis endurante et je mets du temps à m’échauffer, c’est pourquoi je fais des séances relativement longues.

 

En tant que Triathlète confirmée, je suis sûr et certain que tu as certainement des petits conseils utiles et précieux que tu pourrais nous faire partager ?...

Des conseils utiles je ne sais pas, chacun a son mode de fonctionnement, ses objets fétiches et ses manies. Pour ma part, c’est vrai que j’ai gardé avec le cyclisme un moyen de m’entraîner différemment. Le vélo étant un sport porté, c’est un bon allié pour travailler les muscles et le cardio sans se faire mal aux articulations.

Le vélo est aussi pour moi un moyen de m’échauffer : mes meilleurs chronos sur des courses à pied sont ceux pour lesquels j’ai pu au préalable m’échauffer tranquillement sur mon vélo (entre 30 et 60 km selon l’horaire de départ de la course)… Et oui triathlète dans l’âme je resterai car c’est également une belle discipline, même si c’est plus exigeant au niveau de l’entraînement avec les 3 sports.

 

J’aimerais bien que tu nous parles de ton prochain gros objectif (GTVO 2015), même si entre le moment où je t’interviewe et la lecture de ce document par les blogueurs, tu seras sans nul doute déjà arrivée !

Ah oui j’espère bien que j’aurai réussi à terminer cette course en passant les barrières horaires et en défiant la chaleur et les bosses qui m’attendent.

Depuis l’an passé, cela me titillait de faire un trail en montagne. Comme j’aime beaucoup les paysages et le profil technique des Pyrénées, j’ai cherché une course de ce côté-là et bien sûr elles ne manquent pas ! Il me restait plus qu’à définir la distance, là aussi tout un panel …

J’ai fait ma première expérience sur une course trail moyenne distance près de Lyon le 09/05 où j’avoue avoir fait un bon chrono : 5h58 de course pour 47 km et 1900 m + (dont 20’ de ravitaillement et oui à la soupe et avec du sel s’il vous plait !!!), 3è de ma catégorie et 10è femme au scratch et en terminant à 13 km/h dans le village d’arrivée (même pas fatiguée).

Étant surtout bâtie pour la longue distance (et oui on ne dirait pas avec un poids de forme frisant les 38 kgs) je voulais tenter du plus long mais progressivement, sans pour autant me lancer tout de suite sur un ultra.

J’ai trouvé le GTVO (grand trail de la vallée d’ossau) avec au menu 75 km et 5300 m +, ce qui explique ma forme du moment et l’entraînement plutôt intensif de ces derniers mois. Cela reste une course « champêtre » (c’est la deuxième édition cette année) et c’est cette ambiance là que je cherche, loin des trails (sans doute magnifiques) plus massifs comme de GRP ou UTMB …

Enfin si tout se passe bien sur ce trail, je prévois de retrouver mon amie Estelle sur Belfort, ville de sa nouvelle affectation professionnelle, pour mi-octobre où il y aura une course de 55 km et 3500 m + … autant joindre l’utile à l’agréable !

 

 

Propos recueillis par OP Rat370 pour la CDCHS 79 / n°47 - Juillet 2015

Date de dernière mise à jour : 23/12/2015

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau