Le Saviez-Vous n°23 : La ligne bleue du marathon

Pourquoi « Une ligne bleue ? »

Ligne bleue
 
 
Lors d'un marathon, la « ligne bleue » peinte au sol indique la trajectoire idéale pour parcourir les 42,195 km en un minimum de temps.
 
Tracée pour la première fois à Melbourne lors des Jeux Olympiques 1956, souvent bleue – mais pas toujours -, elle matérialise le tracé sur les plus grandes épreuves du monde.
 
A l’origine, elle représentait le chemin le plus court pour boucler un marathon. Mais cela impose de la tracer à l’endroit exact où l’on mesure le parcours, soit à 30 cm du trottoir. Si l’on procédait ainsi, elle ne serait pas vraiment visible. Alors il faut surtout la considérer comme la trajectoire idéale des coureurs, notamment dans les virages », (Ndlr, Jean-Marie Grall, mesureur officiel auprès de la FIA).
 
Au départ tout le monde a un objectif, chacun peut l’atteindre mais à une condition : « Ne pas perdre de vue la ligne bleue ! »
 
La vitesse maximale pour un traçage à la bombe se fait entre 4 et 5 km/h. Donc, il faut compter pas moins de 10h de travail quand tout va bien ! (Météo, circulation, chaussée propre, etc...)
 
Le coût est relativement important. En effet, il faut compter entre 160 et 180 bombes aérosol grande capacité (1 000ml) pour un parcours de 42,195 kilomètres, soit tout de même une enveloppe de 5 000 € minimum (Si vous êtes un bon tagueur !) et de plus la peinture devra obligatoirement disparaitre de la chaussée à l’issue de la manifestation… (Logiquement !)
 
Sans vouloir faire le « Gendarme », OP Rat370 vous rappelle simplement le texte de loi en vigueur valable partout sur le territoire national :
Dans le « Manuel pratique de l’organisateur 2014 » remis aux organisateurs du département des Deux-Sèvres par le Président de la CDCHS,
En page 8, paragraphe n°2 :
« La réglementation en vigueur interdit toute marque permanente sur la voie publique. Il peut être utilisé pour les marques sur la chaussée de la peinture « Ephémère ». Les couleurs utilisées ne doivent pas correspondre à celles utilisées pour les marquages réglementaires. De même, aucune marque ne doit être apposée sur les dispositifs de signalisation (feux, panneaux). Il convient de retirer tous les dispositifs de signalisations mis en place sur le parcours à l’issue de la manifestation. Les autorités publiques sont en droit de faire payer l’éventuelle remise en état à l’organisateur. »
 
A bon entendeur, sincères salutations sportives et à très bientôt pour un nouveau « Le saviez-vous ? »
 
 
Source : OP Rat370 pour la CDCHS 79 / N°23 - Septembre 2014
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau