Claude NICOLAS

Nom et prénom : NICOLAS Claude

 

Date de naissance : 24 Juillet 1948 à Brioux sur Boutonne

Situation de famille : Marié, 2 enfants 

Domicile : Sompt

Profession : Retraité du Crédit Agricole

Club ou association: Spiridon Mellois

Claude nicolas

Salut Claude. Bientôt 35 ans de course à pied au compteur, chapeau à toi Claude ! Qu’est-ce qui te « botte » dans ce sport ?

Ce qui me plaît dans ce sport, c’est le rapport avec les autres coureurs qui est simple et agréable. J’adore discuter avec les gens qui m’entourent, avant, pendant et après la course…

Aujourd’hui, nous vivons dans un monde stressé, pressé. On n’arrête pas de courir, mais pas en baskets… Dès que j’enfile mon short et mes chaussures, je me sens tout de suite détendu !

Parle-nous de la course à pied entre ce que tu as connu et aujourd’hui ?

En tant que passionné de course à pied, je suis satisfait de l’énorme succès que rencontre notre sport aujourd’hui. Les pelotons augmentent sacrément grâce à l’arrivée en nombre des féminines. Un grand merci à elles…

Le petit point noir (car il en faut un…), c’est qu’il y a une trentaine d’années en arrière, nous avions seulement 20-25 courses officielles dans le département et les distances de courses proposées étaient bien plus longues. C’’était souvent des 30-50km. A l’inverse aujourd’hui, on ne compte qu’un seul Marathon pour tout le département et qu’en moyenne, les distances sont de 10-15 km, alors que nous avons plus de 70 épreuves inscrites au calendrier...

Mais il faut être honnête, la nouvelle population de coureurs présente ne désire pas courir des 20/30km tous les week-ends…

Pourquoi avoir choisi la course à pied ?

Alors là c’est très simple, cela remonte à 1984 et c’est grâce à Lulu ! (Lucien BRAIN de l’UAC Brioux).

A l’époque on travaillait ensemble au Crédit Agricole, et je fumais pas mal… Lulu accompagné de Gérard PENTREAU, m’ont raisonné pour que j’arrête la cigarette et m’ont motivé pour venir galoper avec eux… Il y avait aussi l’ami Bernard GAUDIN qui travaillait et s’entraînait de temps en temps avec nous.

Ensuite en 1995, avec d’autres copains coureurs on a monté une section locale du Spiridon. Je me souviens même que la 1ère réunion avait eu lieu à Sauzé-Vaussais.

Avant tout ça, quand j’avais 18-20 ans, je courais un peu comme tous les gamins, mais ce n’était pas vraiment sérieux. Je faisais des Cross sous les couleurs de l’US Melle, une sous section du Stade Niortais Athlétisme, avec Maurice GAY comme dirigeant.

Courir dans les années 80-85 était facile, car il y avait souvent des groupes de coureurs dans chaque grosse entreprise. La plus « grosse » section de course à pied du Sud département était chez Rhône-Poulenc à Melle. Il y avait 2 raisons à cela, la 1ère, c’est qu’à l’époque l’usine comptait plus de 1 000 salariés et la seconde, c’est que le Directeur était passionné de sport .Il avait mis sur pied un Challenge qui portait son nom, le Challenge « GUIDO ».

T’es-tu planifié un gros objectif prochainement ?

Oui, ce sera le 23 Juillet prochain lors de la 44ème édition de Marvejols-Mende (22 km). Ce sera ma 4ème participation à cette sublime course, malgré qu’elle soit dure techniquement…

Une anecdote stp ?

Pas facile, j’en ai tellement…

En Avril 1995, lors du Week-end de pâques, je suis allé courir avec les copains du Spiridon, les 65 km du Balcon de Belledonne dans l’Isère. Parcours difficile avec des cols à grimper et pour nous simplifier le tout, en présence de la neige !

Ce que j’ignorais totalement c’est qu’à l’arrivée de la course, il était de coutume de se baigner dans la cure thermale, mais ne sachant pas cela je n’avais pas emmené de maillot de bain…

Les copains m’ont chambré pas mal pour que je les rejoigne même à poil ! Ce n’était vraiment pas facile pour moi, car je suis quelqu’un de très pudique, alors il a fallu que je ne pense à rien et j’ai sauté tout nu dans cette piscine où je n’en menais pas large…

 

 

Propos recueillis par OP Rat370 pour la CDCHS 79 / n°95 – Juin 2017

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau