Un Deux-Sévrien à l'assault de la muraille de Chine

 

Marathon muraille chine 2019 5

Interview de Franck Papot, ou l’histoire d’un Deux-Sévrien à l’assaut de la muraille de Chine !

Le 18 mai dernier, Franck s’est élancé sur le marathon de la Muraille de Chine. Il y a bien 42km195 mais également plus de 1000 mètres de dénivelé.

Yohann : Franck depuis combien de temps cours-tu ?

Franck : Depuis seulement deux ans et demi, avec une première course à Celles Sur Belle, il y a deux ans. Je me suis inscrit sur le 8km et après on se prend au jeu. On en veut toujours plus.

Y : Tu as fait ton 3ème marathon sur la muraille de Chine, il y a deux semaines. Depuis quand t’es-tu lancé dans l’aventure marathon ? et surtout pourquoi ?

F : Je pense comme beaucoup. Beaucoup d’admiration pour les marathoniens. C’est un truc de fou, ce qu’ils font. Jamais je n’y arriverai.

On fait un premier semi et puis on se dit pourquoi ne pas aller chercher le marathon pour essayer. Ce qui fait qu’avec un copain, nous nous sommes inscrit pour le marathon Nice / Cannes le 4 novembre dernier.

Une fois arrivé, plutôt que de se dire, je l’ai fait, je me suis dit, c’est quand le prochain ? Jusqu’à celui d’il y a deux semaines sur la Muraille de Chine.

En fait, comme je suis en reconversion professionnelle, je profite actuellement de mon temps libre pour faire des marathons exotiques à travers le monde.

Y : Et entre Nice/Cannes et la Chine, quel marathon as tu fait ?

F : C’est Barcelone. Je l’ai raté, car j’étais un peu blessé. C’est le défaut des débutants. Parfois on s’entraine un peu trop fort, mais maintenant avec l’expérience, je commence à mieux gérer.

Y : Comment t’es-tu préparé pour le marathon de la muraille de Chine ? Ce n’est pas un marathon classique.

F : J’avais déjà le marathon de Barcelone dans les jambes et pour ne pas me blesser à nouveau, j’ai fait une sortie longue en vélo par semaine (je déteste ça pourtant) ainsi que deux ou trois fractionnés dans la semaine. Dont des séries de marches. J’ai trouvé un spot de 71 marches sur Niort, grâce au groupe Traileurs des Deux-Sèvres. Franchement, si vous avez besoin de travail spécifique, je vous conseille ces marches. Mon maximum lors de la prépa, 3500 environ.

Y : Tu te souviens du nombre de km réalisés lors de ta prépa ?

F : Franchement non, surtout que les fractionnés « marche » ne donnent pas trop de km. Par contre, ça fait bien les cuisses et les mollets. De mémoire, je faisais 30 à 40 km par semaine.

Marathon muraille chine 2019

Y : Racontes nous ton marathon de la muraille de Chine ?

F : Il y a bien 42km, avec un dénivelé de 1100 / 1200 mètres. Réellement nous avons couru 9 km sur la muraille et ensuite nous sommes passés par des villages, avec des sentiers et de l’asphalte. Pour les adeptes des marches, il y avait des murs de marches mais elles étaient inégales. Parfois certaines faisaient 30 cm…

Y : Tu en gardes un excellent souvenir ?

F : (Grand sourire radieux) … oh oui, extraordinaire ! Sur deux ou 3 plans, tout d’abord le défi sportif, puis les rencontres. Nous étions 60 nationalités différentes sur le marathon. Et enfin la rencontre culturelle avec cette muraille et aussi le peuple chinois.

Les chinois sur le parcours, c’est hallucinant. Ils encouragent beaucoup, et ils sont super fiers que l’on vienne courir sur leur sol.

Y : Comment as-tu vécu ton marathon ? des moments difficiles ?

F : Je pense avoir bien géré. Les entrainements payent. Je suis parti doucement et j’ai été très régulier. On commence par une côte sur le bitume de 5 km, puis on attaque une première partie de muraille. Sur la muraille, on marche plutôt lorsqu’il y a des marches. On repasse sur les chemins et le bitume. Et on revient sur la muraille au 36ème km avec un mur de marche pour attaquer.

Dans ce cas, le mental et le plaisir d’y être à nouveau font le reste.

Marathon muraille chine 2019 4

Y : tu me parlais du Tour Operator qui organisait la course, ça coûte combien de partir en Chine, participer au marathon ?

F : C’est Albatros Aventure, société danoise, qui organise. Ils proposent plusieurs packages avec des visites comme la cité interdite ou le Zoo. Les tarifs varient entre 1800 et 3500 € suivant le niveau des hôtels et entre 5 et 7 jours. Sans l’avion.

Y : Quel est ton programme pour la fin de saison ? Ou alors quel est la course que tu souhaiterais faire ?

F : Je ferais bien la Birmanie toujours avec Albatros Aventure. Et puis une confidence, l’année prochaine j’ai 50 ans et dans le coin de ma tête, j’ai la Diagonale des Fous. C’est un challenge extrêmement haut, mais il faut se donner des objectifs et petit à petit on gravit les marches pour y arriver.

Et ce qui me fait avancer, c’est aussi le plaisir des découvertes et des voyages. 

Y : Un dernier mot ?

F : c’est un vrai plaisir de partager ça avec Running 79.

 

Merci Franck 

Date de dernière mise à jour : 07/06/2019